Le succès de la 1ᵉ grève féministe des femmes* en Belgique / De 1ᵉ Belgische Vrouwen*staking was een succes!

AnnaSilva-Schlenker_06
Credit: Anna Silva Schlenker

NL onderaan ↴↴  | More photos here | Next General Assembly 27.04.19 1pm

Le succès de la 1ᵉ grève féministe des femmes* en Belgique

Le 8 mars 2019, partout en Belgique, des milliers de femmes se sont mises en grève. En arrêtant de travailler, prendre soin des autres, consommer et étudier, elles se sont rendues visibles par leur absence. Une réponse massive à l’appel du Collecti.e.f 8maars, pour dénoncer les discriminations et violences dont elles souffrent de par le seul fait d’être femmes*, et démontrer que, “quand les femmes* s’arrêtent, le monde s’arrête”.

À Bruxelles, à 14h elles étaient environ 1.500 rassemblées au Carrefour de l’Europe pour faire du bruit, exprimer leurs colères et faire entendre leur voix. Les travailleuses en grève affiliées à la CSC et la FGTB étaient aussi présentes sur place en front commun.

D’autres actions ont eu lieu tout au long de la journée partout dans la ville : des piquets de grève dans plusieurs entreprises (notamment Rue Neuve avec la CNE), des levées de cours et lecture des revendications (ULB), des arrêts de travail dans les maisons communales, hôpitaux et plannings familiaux, des perturbations de la collecte des poubelles dans plus de 10 communes, grève des travailleuses au Parlement Européen, etc. D’autres actions ont eu lieu partout en Belgique : environ 500 personnes manifestaient à Louvain-la-Neuve, à Liège une partie des services de la maison communale étaient fermés, à Anvers au moins 500 personnes ont participé au Festival de la Grève des Femmes*, des rassemblements ont eu lieu à Mons, Tournai, etc.

L’après-midi, dans une ambiance revendicatrice et festive, près de 15.000 personnes ont rejoint la Manifestation pour la journée de lutte pour les droits des femmes. En répondant massivement à l’appel à la grève et à la manifestation, ce 8 mars 2019 marque un moment historique pour les mouvements de lutte pour les droits de femmes* en Belgique.

Un énorme succès pour cette première édition de la grève féministe des femmes* en Belgique, à l’initiative du Collecti.e.f 8maars et qui a été soutenue par les principaux syndicats, la CSC et la FGTB.

Nous tenons à remercier les femmes des syndicats qui nous ont soutenues pour avoir contribué à rendre possible cette première véritable grève des femmes belges, la CSC et la FGTB. Nous souhaitons continuer à travailler ensemble afin que davantages de préavis de grève soient déposés. Et bien sûr, nous espérons que l’année prochaine nous serons encore plus à arrêter le travail domestique, non rémunéré et invisible.

La grève de 2019 ce n’est qu’un début, en 2020 nous serons beaucoup plus nombreuses !

Toute femme* qui souhaite rejoindre le Collecti.e.f. en tant qu’individu indépendant est bienvenue. La prochaine assemblée générale ouverte du Collecti.e.f aura lieu le 27 avril de 13h à 18h (lieu à suivre), nous y débrieferons et discuterons de l’après 8 mars.

D’ici là, restons mobilisées, notamment en participant à la Global strike for future le 15 mars, à la manifestation nationale contre le racisme le 24 mars et à pour défendre le droit à l’avortement le 31 mars.

* Toute personne s’identifiant et/ou étant identifiée comme femme.

***

De 1ᵉ Belgische Vrouwen*staking was een succes!

Gisteren op 8 maart 2019 legden de Belgische vrouwen*, overal in België, het werk neer: betaald werk, dankzij de steun van de vrouwen in de vakbonden maar ook en vooral onbetaald en onzichtbaar werk, zoals zorg, huishouden en opvoeding. Ze maakten zich zichtbaar door op straat te komen, door zich symbolisch in het paars te kleden of een schort of kuishandschoenen aan het raam te hangen. Overal in België waren kleinere acties: in Louvain-La-Neuve betoogden 500 mensen, maar ook in Leuven kwamen studenten op straat. De VUB en ULB organiseerden gezamenlijk een walkout. In Antwerpen was er het Women’s strike festival met zo’n 400 aanwezigen en in Brussel organiseerde de CNE een optocht in de Nieuwstraat. Er werd gestaakt in ziekenhuizen en supermarkten en zelfs door vrouwen van het Europees Parlement. We riepen op tot het staken van betaald werk, onbetaald werk (zorg), studies en consumptie om gelijke rechten te eisen in alle domeinen en het vaak onzichtbaar of ondergewaardeerd werk van vrouwen zichtbaar te maken. Om zo aan te tonen dat “wanneer vrouwen* stoppen, stopt de wereld”. En zichtbaar waren de Belgische vrouwen* gisteren, om 14:00 kwamen zo’n 1500 vrouwen samen om lawaai te maken voor het Centraal Station in Brussel, en op de betoging die om 17u vertrok waren we met zo’n 15.000!

Graag willen we de vrouwen binnen de verschillende vakbonden die ons steunden bedanken dat zij hielpen deze eerste echte Belgische vrouwenstaking mogelijk te maken. We hopen op een nog betere samenwerking volgend jaar, zodat er nog meer stakingsaanzeggingen effectief worden ingediend. En we hopen natuurlijk ook dat volgend jaar nog meer vrouwen ook hun onbetaald en onzichtbaar huishoudelijk werk zullen staken. Dit is dus nog maar een begin, in 2020 zijn we met véél meer! Elke vrouw* die zich als onafhankelijk individu bij het Collecti.e.f wil aansluiten is welkom. De volgende open algemene vergadering van het collectief zal plaatsvinden op 27 april van 13u tot 18u. We zullen er onder meer de staking van 8 maart evalueren.

*Alle personen die zich herkennen in de vrouwelijke identiteit en/of gepercipieerd worden als vrouw.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s